Mais pourquoi donc l’argentique aujourd’hui!!!

Last updated on 18 janvier 2018

Faire du film aujourd’hui?!?!!?

Mais tu fais quoi Alain, du film aujourd’hui! Pfffouaa! C’est pour te la péter ou quoi!?!? Je ne vois aucun avantage de faire de la photo argentique aujourd’hui! Les appareils numériques font tout aussi bien pour moins cher! Aie aie aie, c’est un effet de mode! Tu reviendras au tout numérique!

Ces genres de remarques sont assez courantes, lorsque l’on fait des images avec des appareils photos argentiques. Beaucoup de personnes ne comprennent pas l’approche du photographe ou de l’amateur vis-à-vis de l’halogénure d’argent.

Je vais essayer de faire passer un message sur mon approche, qui est bien sur personnelle, mais n’est peut-être pas si unique que cela.

La photo numérique est un outil formidable, je l’utilise régulièrement et j’en suis plus que satisfait. Elle a l’avantage d’être ultra flexible. Il n’y a pas de problème de changement de film, l’iso se change d’un coup de bouton. Noir et blanc ou couleurs se choisissent tranquillement à la maison, aussi bien que la température, grâce au format RAW si facile à utiliser. Leurs systèmes récents d’Af et de mesure de la lumière sont aujourd’hui très performant et permettent de sortir des images de bonnes qualités sans recherches trop approfondies.

Mais alors pourquoi l’argentique!? Hé, ben pour tout cela!

Tout ce que je viens de dire sur les avantages du numérique sont aussi, pour moi, ses défauts! Il n’y a plus de recherche! J’ai envie de maîtriser toutes les facettes de l’image, de la recherche de l’endroit qui déterminera le film utilisé, couleur ou noir blanc. Mais aussi de sa sensibilité et du besoin ou non de penser à le pousser. De savoir que je n’ai pas 5000 poses sur mon appareil, mais juste 12! (Voir 24, si je prend deux péloches 🙂 ) Cette restriction s’avère un stimulant pour rechercher la composition la plus sympathique et performante! De savoir que c’est moi qui contrôle l’exposition via ma cellule à main et non un calculateur informatique.  De savoir que c’est moi, qui vais gérer la mise au point de mon appareil et pas un moteur ultrasonique qui se perdra peut-être dans la masse d’information de l’image ou du manque de lumière.

Toute cette partie technique ou chaque chose doit être pensée et repensée me plait. Mais il n’y a pas que cela. Il y a la partie plaisir! Une belle mécanique, le bruit du déclencheur, l’avance du film, la mise en position du film, les réglages manuels et surtout l’attente de développer ses péloches afin de voir enfin ce qui a été révélé sur le film! C’est excitant! Et si vous développez vos films vous même, il y a encore la satisfaction de faire votre chimie vous même! La magie de l’argentique s’opère alors entre vos mains!

Mais, il y a encore le caractère des films se traduisant par leurs grains, gros ou fins, désordonnés ou non. Leurs tons de gris si spécifiques d’un film à l’autre. Choisir une Trix ou une Tmax, une HP5, une Delta, un révélateur au lieu d’un autre! C’est aussi le charme de l’argentique! Quand à sa dynamique, Certains films encaissent des lumières de fou! Il y a encore de la texture dans les piques des courbes de contraste !

Avoir la possibilité de prendre des images avec des moyens formats 6×6, 6×7 ou essayer des 617 est aussi une jolie aventure photographique, dont je ne me lasse pas. C’est aussi ça la magie de l’argentique, avoir accès à des outils inaccessibles en numériques, les moyens format étant extrêmement chers.

(Et je ne parle même pas de l’accès au grand format comme les 4×5 ou 8×10! Qui n’existe simplement pas en numérique dont leur rendu est unique.)

Bref, je pourrais en parler pendant des heures! J’adore le film. Loin de dire que le numérique ne me plait plus, je dirais tout simplement, j’aime les deux approches de la photo. Mais, je ne me verrais plus ne pas faire un film de temps en temps 😉

A bon entendeur!

 Rappel: Les images sont protégées, elles ne sont pas libres de droits. Merci de respecter les droits d’auteurs! ® All rights reserved (Alain Bovard Photographie, Yverdon) 

abovard Écrit par :

5 Comments

  1. Avatar
    vernhet
    28 décembre 2017
    Reply

    « Quand à sa dynamique, on est loin mais encore très loin du numérique!  »
    affirmation plus que contestable.

    • abovard
      29 décembre 2017
      Reply

      Hello,
      Je dois avouer presque 4 ans après, la dynamique des capteurs a été réellement améliorée chez Sony. Ses capteurs font du 14IL… je parlais des capteurs des générations précédentes comme sur mon 5dmkii qui lui possède une dynamique de 11.6
      Tous cela dépend aussi des films utilisés… certains ne sont pas très fort à ce jeux… on va dire que l’équivalence a été atteinte aujourd’hui.
      Salutations

  2. Avatar
    19 janvier 2018
    Reply

    Bonjour,
    De très belles photos! Bravo!
    Suis tout à fait d’accord avec vous pour l’attrait du film par rapport au numérique. J’ai recommencé à développer du film après un passage au numérique au début des années 2000… Maintenant (à la retraite), j’ai plus de temps pour développer et scanner mes films. Bonne année 2018 riche en photos !
    marcel

    • abovard
      20 janvier 2018
      Reply

      Merci, étant de formation technique et travaillant dans l’industrie, la belle mécanique m’attire et me passionne. J’aime ce contact là aussi, toucher les belles choses qui ont vécu et qui ont une histoire.
      Merci, et bonnes photos à vous aussi!
      Salutations

  3. Avatar
    20 janvier 2018
    Reply

    La belle mécanique me passionne aussi. J’ai encore un alpa 11el, un yashica mat 124g, ai racheté un leica m6. Mais malheureusement ai revendu (au début du ‘passage au numérique’) la plupart de mon matériel argentique… rolleiflex, leica m5, pentax 67, rollei 35… je regrette beaucoup! Ai recommencé à développer les films il y a 4ans (je scanne les négatifs)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *