Venise Venezia

Petit séjour dans la célèbre ville de Venise en Italie.

Venise est une ville à part, une ville incroyable, une ville construite sur une lagune ,il y a environs 1400 ans.

Venise et sa lagune sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’endroit est magnifique, le paradis du photographe. Afin de retranscrire l’ambiance de la ville, il m’a paru obligatoire d’utiliser mon Rolleiflex et des films de caractères. Etant parti sur un coup de tête de ma femme, je n’ai pas eu le temps de m’approvisionner en film. Je suis parti donc avec juste une Tmax 400 (que je n’ai pas utilisé et que j’avais rembobiné d’un autre appareil :-) ), une Trix 400 et une Portra 400… bref, par grand chose.

J’ai pu tout de même acheter, une HP5+ dans un magasin sur place. Hé, oui! Plusieurs magasins au centre de Venise vendent du film 120! J’y suis rentré sans trop d’espoir le dernier jour :-( Mince!

J’ai quand même réalisé quelques clichés pas trop mal. La Hp5+ m’a épaté par sa facilité d’utilisation malgré les forts contrastes.

Voili Voilà ;-)

Pont des soupirs. Trix 400

Impression maximum 40cmx40cm, papier brillant ou mat.

Soupir1Venise

Vue depuis l’Académie sur le vieux pont de bois. Ilford HP5 Plus

Impression maximum 40cmx40cm, papier brillant ou mat.

Venise1PonteViechoFiniTest3

Cannaregio, Ilford HP5 Plus

Impression maximum 40cmx40cm, papier brillant ou mat.

Canaregio1Venise

Cannaregio. Ilford HP5 Plus

Impression maximum 40cmx40cm, papier brillant ou mat.

Canaregio2Venise

Rappel: Les images sont protégées, elles ne sont pas libres de droits. Merci de respecter les droits d’auteurs! ® All rights reserved

Kolor Panobook 2014!

Le Panobook, c’est la fin des postulations d’images!

Quelques minutes avant la fin! Ouf!

Déjà deux participations avec succès, peut-être une troisième! On dit jamais deux sans trois! Même si cette année, je vu la photographie sous un autre oeil avec mes 6×6, j’espère avoir une chance. Car, cette année, il y a beaucoup d’images!

http://www.panobook.org/   

Mes images sont celles-là!

1.  http://www.panobook.org/view/2014/1894

2.  http://www.panobook.org/view/2014/521

3.  http://www.panobook.org/view/2014/516

Test of the new Lumu photometer

Hello,

L’achat d’une cellule à main lorsque l’on utilise un appareil argentique dépourvu de cellule est parfois une obligation. Au début, on utilise parfois un autre appareil munit d’une cellule. Personnellement, j’utilisais parfois mon Canon EOS 5Dmkii qui me permettait d’avoir le rendu de l’image et son histogramme. Mais le côté lourd et embarrassant de cette solution m’a vite déplu. Je me suis donc mis à utiliser la cellule de mon deuxième appareil fétiche, mon Nex5n. Mais là aussi… c’est tout de même embêtant d’emporter un appareil photo juste pour mesurer la lumière d’une scène.

Je me suis donc mis à rechercher une nouvelle manière de mesurer cette satanée lumière. Tiens, pourquoi pas une appli Iphone?! Non, ne riez pas! Il y en a, certaines ne sont pas terribles mais 2 ont retenu mon attention. La première qui pour moi a fait des miracles et qui me sert encore.

La Luxi.

C’est une petite appli Iphone très sympathique et impressionnante. Si vous avez un tout tout petit budget vous seriez surpris, elle demande une petite prise en main, mais la qualité de sa mesure est bonne. L’application peut-être utilisée avec un dôme blanc pas cher se trouvant sur le site de Luxi. Personnellement, je ne l’ai pas achetée. ça marche très bien sans. La plupart des dernières images sont réalisées grâce à cette mesure ;-)

La deuxième et celle qui sera testée ici sera la Lumu.

La Lumu est différente de la Luxi… Elle profite d’un dôme muni d’un vrai détecteur de lumière de très bonne qualité. La détermination d’un petit groupe motivé de Slovénie passionné de photographie a donné naissance à ce condensé de technologie.

Attention, le groupe qui est une petite startup démarre! Ne soyez pas pressé! Cela mettra du temps! J’ai attendu plus d’un mois après la commande… donc patience!

J’ai reçu le Lumu, Il y a maintenant quelques jours… je dois dire que c’est petit! Je suis impressionné par la petitesse de l’appareil! On est vraiment dans la miniaturisation. J’avais peur que cela fasse fragile mais finalement, il fait confiance. Les matériaux utilisés sont de très bonnes qualités. Une petite trousse en cuir, protège la cellule. Perso, je la trouve trop petite! On a de la peine à la sortir et à la fermer. Dommage, car super pratique. Un petit collier est aussi livré avec, afin d’y clipper le Lumu! C’est super! Très bon point, si l’on fait une grosse sortie photo!

Mais alors, qu’en est-il de la mesure de la lumière.

LumuTest1

Comme l’on peut le voir sur cette image, la mesure est bonne. L’appareil est bon, même très bon en lumière incidente. J’ai pris cette image exactement selon les données de l’application.

Nex5n, 24F2.4 FDn, F2.8, 1/80, 400 iso.

On remarque que l’histogramme est bon.

Ce que j’aime:

L’appareil est petit et précis! C’est déjà une bonne chose! Les possibilités du soft sont agréables et la mesure moyenne de plusieurs mesures et vraiment un plus. On peut sauvegarder ses mesures de lumières sur une banque de données bien pratique.

Il y a la possibilité de compenser la valeur des filtres ND’s ou d’autres accessoires mangeant de la lumière. Dommage que ce paramètre ne soit pas directement accessible sur la page des mesures!! Et qu’il faille sortir du mode!

Le soft est continuellement mis à jour! D’autres possibilités et modifications viendront sûrement!

Ce que l’on peut regretter:

L’appareil si bien soit-il en lumière incidente a aussi des petits défauts que certaines cellules n’ont pas.  La mesure spot… dommage aucune mesure spot n’est possible avec la Lumu et cela est vraiment embêtant! J’espère vraiment que la société Lumu va créer un « Pin » Spot! (Ou Alors modifier le Lumu et lui faire un recto verso ;-) ) Il faut se contenter du dôme de 180°. Pas de possibilité de réduire non plus la surface du dôme comme sur certaines cellules. Cela peut-être embêtant selon ce que l’on photographie.

Mesurer une lumière ambiante (réfléchie) est pratiquement impossible. Vu que la sphère ne peut être diminuée, la possibilité de l’utiliser en posemètre  devient problématique.  La plus simple des cellules à main possède un posemètre…. dommage! La cellule devient inutilisable en paysage! Du moins, je n’ai pas compris! ;-)

Rolex Learning Center

Le Rolex Learning Center est un lieu d’apprentissage, d’information, et de vie.  Elle regroupe ainsi une bibliothèque de l’école, une librairie, la boutique de l’école, un restaurant haut de gamme, les locaux de l’association Générale des Étudiants, une cafétéria, des espaces de détente étendu sur une superficie de 20’000m2 !

Sa construction basée sur des coques et ses courbes magnifiques donnent au bâtiment un charme spectaculaire!

Il a été construit sur le site de EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) basé à Ecublens.

Le financement du projet vient du secteur privé comme Rolex et d’autres entreprise et banques comme le Crédit Suisse mais aussi de la Confédération Suisse. Son coût a été de 220 millions de francs.

C’est un magnifique terrain de chasse pour le photographe qui ne peut que s’amuser à immortaliser cet endroit si magique.

J’y suis passé donc pour la deuxième fois la semaine passée afin d’exciter un peu les halogénures d’argent d’un Trix400 au travers de l’objectif de mon Rolleicord Vb.
Le Kodak Trix400 est un film avec un joli grain et une jolie dynamique permettant les écarts d’exposition.
Dur de trouver un point de vue avec un 80mm et un format carré sur un site demandant plutôt un grand angle et un format pano ou 24×36 ;-)

Finalement, à force de chercher, j’ai trouvé ;-)

Rappel: Les images sont protégées, elles ne sont pas libres de droits. Merci de respecter les droits d’auteurs! ® All rights reserved

Salutations

Mais pourquoi donc l’argentique aujourd’hui!!!

Faire du film aujourd’hui?!?!!?

Mais tu fais quoi Alain, du film aujourd’hui! Pfffouaa! C’est pour te la péter ou quoi!?!? Je ne vois aucun avantage de faire de la photo argentique aujourd’hui! Les appareils numériques font tout aussi bien pour moins cher! Aie aie aie, c’est un effet de mode! Tu reviendras au numérique!

Ces genres de remarques sont assez courantes, lorsque l’on fait des images avec des appareils photos argentiques. Beaucoup de personnes ne comprennent pas l’approche du photographe ou de l’amateur vis-à-vis de l’halogénure d’argent.

Je vais essayer de faire donc passer un message sur mon approche, qui est bien sur personnelle, mais n’est peut-être pas si unique que cela.

La photo numérique est un outil formidable, je l’utilise régulièrement et j’en suis plus que satisfait. Elle a l’avantage d’être ultra flexible. Il n’y a pas de problème de changement de film, l’iso se change d’un coup de bouton. Noir et blanc ou couleurs se choisissent tranquillement à la maison, aussi bien que la température, grâce au format RAW si facile à utiliser. Leurs systèmes récents d’Af et de mesure de la lumière sont aujourd’hui très performant et permettent de sortir des images de bonnes qualités sans recherches trop approfondies.

Mais alors pourquoi l’argentique!? Hé, ben pour tout cela!

Tout ce que je viens de dire sur les avantages du numérique sont aussi, pour moi, ses défauts! Il n’y a plus de recherche! J’ai envie de maîtriser toutes les facettes de l’image, de la recherche de l’endroit qui déterminera le film utilisé, couleur ou noir blanc. Mais aussi de sa sensibilité et du besoin ou non de penser à le pousser. De savoir que je n’ai pas 5000 poses sur mon appareil, mais juste 12! Cette restriction s’avère un stimulant pour rechercher la composition la plus sympathique et performante! De savoir que c’est moi qui contrôle l’exposition via ma cellule à main et non un calculateur informatique.  De savoir que c’est moi, qui vais gérer la mise au point de mon appareil et pas un moteur ultrasonique qui se perdra peut-être dans la masse d’information de l’image ou du manque de lumière. Et là, je comprend bien entendu, les utilisateurs de Leica avec leur appareil télémétrique.

Toute cette partie technique ou chaque chose doit être pensée et repensée me plait. Mais il n’y a pas que cela. Il y a la partie plaisir! Une belle mécanique, le bruit du déclencheur, l’avance du film, la mise en position du film, les réglages manuels et surtout l’attente de développer ses péloches afin de voir enfin ce qui a été révélé sur le film! C’est excitant! Et si vous développez vos films vous même, il y a encore la satisfaction de faire votre chimie vous même! La magie de l’argentique s’opère alors entre vos mains!

Mais, il y a encore le caractère des films se traduisant par leurs grains, gros ou fins, désordonnés ou non. Leurs tons de gris si spécifiques d’un film à l’autre. Choisir une Trix ou une Tmax, une HP5, une Delta, un révélateur au lieu d’un autre! C’est aussi le charme de l’argentique! Quand à sa dynamique, on est loin mais encore très loin du numérique! Le film encaissant des lumières de fou! Il y a encore de la texture dans les piques et creux des courbes de contraste !

Bref, je pourrais en parler pendant des heures! J’adore le film. Loin de dire que le numérique ne me plait plus, je dirais tout simplement, j’aime les deux approches de la photo. Mais, je ne me verrais plus ne pas faire un film de temps en temps ;-)

A bon entendeur!

C'est tellement plus beau en visionlarge